Sensations volcaniques

Encore un paysage unique près de Geysir qui porte bien son nom avec des geysers et des sources chaudes, Effy est impressionée, enfin d’un seul oeil…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Découverte d’une cascade immense ! Rando rando rando !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Retour vers Reykjavik pour se faire un dernier bon resto avant d’aller se relaxer dans les sources chaudes de Blue Lagoon.

Eaux à 38 degrés, volcans à perte de vue, dernière vision idyllique de notre Islande rêvée, nous rentrons passés notre dernière nuit dans une jolie guesthouse où nous rêverons de tous les paysages insensés que nous avons traversé en cette petite semaine parfaite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Retour à la case départ

On longe la côte sud en s’arrêtant une nouvelle fois dans la jolie ferme de Vik, énorme coup de coeur pour cet endroit :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vue de notre chambre au « tout » petit matin 4h… le soleil ne se couche que de 2h à 4h ici !

On s’arrête dans un village viking où ils restent quelques petites maisons tourbes :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pic nique improvisé au bord d’une petite cascade, 1er sandwich pour Effy

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Encore un stop sympa mais qu’on a fait un par un car impossible de réveiller mlle une nouvelle fois…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Orgie de Homard glacé

Une nouvelle guesthouse nous attend à Höfn, lieu connu pour la dégustation des grosses langoustines pêchées dans la baie. C’est mon plat favori donc le stop était obligatoire ! La vue de notre guesthouse est encore une fois dingue…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Au petit matin (7h lavés, habillés, « déjeunés », merci Effy) on quitte ce décor hallucinant pour aller voir les glaciers !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

à l’Est toute !

On traverse complètement le pays d’Ouest en Est, en longeant la côte sud, on a du faire l’impasse sur le nord car en une semaine c’était vraiment short. On était environ à mi-parcours à Vik donc on reprend la route pour aller au bout, à l’est toute !

La route est encore jalonnée de petits endroits paradisiaques, rando, pic nique et sieste au programme.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vik, viking, vie à 3

Direction Vik dans le sud de l’île, la route est magique on a envie de s’arrêter partout, c’est d’ailleurs ce qu’on fait à part quand le petit caramel ronfle trop profondément.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les cascades sont impressionantes ! Il fait frais mais grand soleil donc on profite de cette journée de route pour faire de nombreux stop avec de belles ballades. Effy sur le dos de son père semble être la plus heureuse.

On arrive à notre 1ère guesthouse vers les 18h, la ferme est magnifique et la vue autour à couper le souffle.

Gulia nous sert le thé et un délicieux cake homemade, Effy découvre les lieux…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au petit matin (5h30) Effy ne s’est pas encore faite au décalage horaire … nous découvrons grâce à son réveil matinal une atmosphère toute droite sortie d’un rêve, sentiment de liberté intense.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

A quelques km de la ferme se trouve la fameuse plage de sable noir volcanique où nous avons pu observer les jolis puffins, petits oiseaux endémiques d’Islande.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Islande terre rêvée

Depuis notre découverte de la Nouvelle Zélande, nous voulions nous rendre en Islande pour retrouver la pureté des paysages et la nature à l’état brut qui nous avaient tant émus en NZ.

Cet été, alors que nous devions choisir une destination pour notre premier voyage en famille avec Effy, l’Islande s’est imposée comme la destination rêvée.

Seulement 7 jours car la vie est très chère sur place et aussi, il faut l’avouer, car nous ne savions pas comment notre petit caramel allait gérer cette semaine remplie de contraste avec son quotidien…

A 1ère vue ça à l’air d’aller

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous commençons notre séjour par un stop de 2 jours à Reykjavik, oups j’oublie de raconter qu’Effy a moyen aimé l’avion… 1ère honte de parents s’excusant auprès des autres voyageurs dans l’avion.

Donc nous arrivons dans la capitale sous un soleil et un ciel magnifiquement bleu, l’air est pur la vie est belle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous logeons dans un appart « planetan » juste à côté du port, très joli et bien placé.

Petit clin d’oeil à Aurélie car à deux pas de chez nous se trouve le burger joint, un resto de burger underground découvert à NY au sous sol d’un hôtel de luxe, le concept a été repris ici au milieu du port et les burgers sont aussi bons 🙂

Visite de la ville, ballade en mer pour aller voir les baleines, on se sent bien ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En 2 jours on a bien eu le temps de faire le tour, on serait bien restés un peu plus mais le grand vert nous appelle…

Bonnes adresses restos :

SEA BARON -> meilleure soupe de homar

LAUNDROMAT CAFE -> brunch et petit dej de folie avec une déco super

HAMBURGOGARABULA TOMASAR ->le fameux burger joint made in NY

ICELANDIC FISH & SHIP -> miam !

Conseils voyage with kid :

Pour la capitale aucun besoin particulier si ce n’est de bien fermer les stores à l’heure du coucher car le soleil lui fait la pantomime toute la nuit.

On a pu faire la ballade avec elle sur le bateau mais en fait on a pas trop réfléchi en l’embarquant, ça a duré quand même 3h30 et ça bougeait pas mal, elle n’a pas était malade et elle était plutôt cool donc ça été très agréable mais y’a pas des enfants qui étaient malades donc à voir selon comment ils se sentent en général sur un bateau.

 

 

California dream

Je reprend le blog pour raconter notre aventure Islandaise mais je ne pouvais faire l’impasse sur notre dernier trip en Californie. Ne retrouvant pas mes notes voici quelques images.

Si tout a commencé avec la machine à rêves d’Hollywood, plusieurs autres modes sont nées dans la Cité des Anges et en traversant la ville tous les symboles de l’Amérique, toutes les inspirations de notre adolescence nous sont apparus et ce fut un réel bonheur de les redécouvrir un à un…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA5471_10201019994563387_427368682_n 11125_10201020008683740_1880401252_n 547876_10201019970522786_1594335166_n 564251_10201019958122476_44809256_n 733982_10201020040124526_724104303_nJeOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des cocos, des fesses et au milieu une vallée…

Visite de la vallée de Mai réputée pour compter d’innombrables cocos des mers, arbres cocotiers présents seulement sur l’île de Praslin qui donnent les fameux coco fesses ! Sous les grandes feuilles qui se balancent au gré du vent se dessinent les courbes voluptueuses des coco-fesses, ces fruits qui transpirent un mystérieux et fascinant érotisme végétal en évoquant le galbe du fessier féminin pour les uns, le bassin et le pubis de la femme pour les autres. L’inflorescence mâle n’est pas en reste vu qu’elle représente une forme phallique également très suggestive ! Les habitants utilisent d’ailleurs ces deux emblèmes pour distinguer les toilettes des hommes de celles des femmes.

 

L’archipel vivant principalement du tourisme, les coco-fesses sont utilisées à des fins commerciales. Introuvable au menu d’un restaurant, même le plus gastronomique, elle est l’apanage des chefs d’Etat quand ils viennent en visite aux Seychelles. Ces hauts dignitaires peuvent alors la goûter en gelée, marinée dans des liqueurs comme le Cointreau ou le Drambuie, au moment du dessert. Mais la noix de coco est surtout vendue en tant qu’objet de décoration, au plus les fesses sont «pulpeuses» au plus c’est cher !

Après 2h30 de traversée au milieu d’une jungle luxuriante aux dimensions impressionnantes direction la playa !

Paradis sun : The place to be

Après avoir vu Anse Lazio on se dit que toutes les autres plages vont nous décevoir mais on rejoint la côté d’or et plus précisément le Paradise Sun, un hôtel tout au bout de la plage tenu par un ami de Cyrille. On est reçu comme des rois, avec la plus belle table au bord de l’océan indien qui reflète son turquoise dans nos cocktails, le poisson grillé arrive un dauphin saute à l’horizon, on est en extase total.

Après-midi sur les transats de l’hôtel, face à la mer que je scrute à la recherche d’un autre dauphin jumper mais le spectacle est terminé.

 

Au retour, Pierrette à prononcer Piewwwwettte comme clément, « le patron de la maison» comme Cyrille l’appelle nous a préparé des gambas à l’ail, on est verni !

Lazio, un ange, une anse aussi…

Seb et Lulu ont donné à leur petit garçon le prénom de cette magnifique plage découverte pendant leur voyage de noce. On se devait donc d’aller y jeter un œil et puis c’est accessoirement une, si ce n’est la plus belle plage du monde selon tous les guides. En route donc, ou plutôt en bus (5 roupies, 30 centimes) pour rejoindre le paradis c’est correct non ? Une marche un peu corsée après, on trempe enfin nos pieds dans le sable, la farine pardon d’Anse Lazio.

Effectivement la vision de la baie est légèrement hallucinatoire, l’eau est d’un turquoise étonnant et le sable blanc d’une douceur angevine. On se dit qu’après avoir passé une journée ici, on peut faire toutes les conneries de la terre et finir en enfer, on aura vécu le paradis sur terre !

 

C’est vraiment unique comme sensation de se trouver là, on se demande s’il y a paysage plus idyllique que ça, le sourire ne décroche pas, on met le casque sur les oreilles, sia, breath me et on se perd dans entre le bleu du ciel et de la mer…

En rentrant on prend le bus pour aller retrouver Clément et Celeste, ici le bus passe plus souvent et puis c’est quand même chouette la vie dans le bus ! Sans ces moments on ne verrait pas vraiment les locaux, mais là durant l’heure de trajet qui nous ramène à la maison on assiste au cri d’une maman qui hurle en créole sur son ptit garçon qui ne veut pas laisser sa place à la mamie qui vient d’entrer, au sourire du chauffeur qui aperçoit sa femme courir à côté de sa fenêtre en lui tendant son picnique et aux enfants qui chantent après leur sortie scolaire.

Le soir on s’entraine à être des papas mamans exemplaires en donnant à manger, en lavant les dents en cherchant partout les doudous et en préparant des biberons de lait 🙂

Départ pour Praslin !

Le bateau nous amène en 45minutes sur la 2eme plus grande île chez notre cousin Cyrille. Ses parents sont là jusqu’à ce soir donc ils viennent nous récupérer à l’embarcadère et on passe la soirée tous ensemble avant de les accompagner à notre tour à l’aéroport. Les enfants sont tristes de voir papi et mamie partir mais contents de rencontrer des nouveaux cousins cousines !

 

Ils sont adorables, parlent créoles, français et anglais, nous serons leur nounous pour les prochains jours car Cyrille travaille comme un acharné ! Levé 6h30, retour de 17 à 18h pour une petite sieste et reboulot jusqu’à minuit, 1h, manager dans le plus bel hôtel des Seychelles, le Lémuria, il vit à un rythme infernal !

Soleil tous les zours Soleil toute la zournée !

Avant dernier jour sur Mahé, big sun, le poste qui hurle le tube de l’été « Soleil tous les zours, soleil toute la zournée » (pas de j ici ils sont remplacés par des z)

Après avoir récupéré nos billets pour Praslin, on part à la conquête d’Anse Major, une heure de grimpette plus tard (une des randos les plus belles qu’on est faite jusque là, tdm compris) On aperçoit la baie, splendide !

Sauf qu’on n’a pas pris de pic-nique et que les gens à côté se préparent un bbq de poissons grillés, zon pas l’air chaud pour partager donc on salive un peu en profitant quand même de cette magnifique plage avec le programme habituel : bronzette, snorkel, lecture, siestas !

 

A 16h nos estomacs crient famine donc rando en sens inverse pour finir à Beauvallon devant un bon gros cheesburger.

 

Empiffrons-nous de boudins noirs et de poissons Bourgeois

Sur la route…

De retour on s’arrête à la fameuse plage de Beauvallon. La plus grande plage de l’île, parfait pour la baignade, encore quelques gouttes de pluie aieeee, ouf c’est déjà fini, re-bronzette et sieste avant d’aller au club de plongée. On voudrait nager avec les requins baleines ! Sauf que les sorties commencent seulement le 27 aout… comme on part le 29 on fera un stop à Mahé au retour pour tenter d’aller titiller ces immensités.

   

Le soir M. Plume a fermé le restaurant pour préparer un buffet créole aux clients de l’auberge, yes on va pouvoir tout tester ! Un délice on se ressert 4 fois, on manque d’exploser et le dessert un chutney de banane, coco caramélisé, glace vanille fini de nous achever !


Un tour de cadran après (nos batteries affichent presque 100%, pour une loading complet 1 ou 2 sieste et on sera refait !) on retourne dans le sud, anse takamaka (comme le rhum hummm), indépendance, baie lazare (coup de cœur) pour finir à Anse soleil qui est vraiment the best et rentrer se préparer pour un repas romantique à Victoria.
Victoria… quelle drôle de ville ! Si le doc de retour vers le futur nous avait déposés ici, on aurait été incapable de dire en quelle année et dans quel coin du globe on était ! Imaginez des maisons coloniales face à des appartements style année 70 station balnéaire, un temple indou, un mini big ben au croisement principal, un écran géant qui projette des sitcoms pour les habitants n’ayant pas la tv ?, des bâtiments en verre qui répondent au doux nom de World trade center et des panneaux publicitaires genre micro times squares ! Bref un mélange qui brouille les pistes et ne fonctionne pas très bien, on verra de jour si avec le marché la ville a plus de charme, là comme ça, on s’attendrait plutôt à ce que des zombies sortent des ruelles mal éclairées… Le resto par contre, une adresse à ne pas louper, le Marie Antoinette au Nord de la ville, plat créole avec la même formule depuis 1970, pas cher, un régal ! On pensait sécher ici mais avec ce qu’on concasse ce n’est pas gagner…

   

Tout vient à point qui sait attendre…

Le lendemain mission découverte des plages du sud et notamment Anse Soleil qui paraît-il fait son effet… Petit budget –> petit moyen, nous décidons de faire nos trajets avec les bus locaux + marche pour accéder aux idylliques playa de Mahé !


Hum… 1h30 plus tard, nous avons sympathisé avec plusieurs Créoles, bien commencé à bronzer mais notre bus n’est toujours pas passé… On monte dans un autre au hasard et à force d’en changer on finit par arriver à notre destination finale. Un petite marche de 45min (vallonnée) après, ça tire déjà sur les quadri et les mollets, on arrive enfin sur la merveilleuse Anse Soleil et on oublie en un quart de seconde ce qu’on vient d’endurer. Snorkeling, bronzette, bouquin, musique et crustacé tout ce dont on rêvait !

  

Au retour même combat sauf que là le bus ne passe carrément pas on finit en stop pour rentrer, demain on loue une voiture !

Voiture loué, reste la station d’essence à trouver, en route pour Victoria, capitale de l’île. Après avoir demandé notre chemin une dizaine de fois (les seychellois inversent leur droite de leur gauche autant que moi apparemment) on désespère quand on tombe sur notre 1er monsieur « Ya pas pb ». Il monte avec nous pour nous guider et en nous voyant légèrement tendu nous répète 50 fois « Ya pas pb » sur le trajet !
En effet quelques km après, station trouvée ! On le dépose avant d’aller escalader le Morne Blanc ! Plus haut sommet des Seychelles, (700 mètres, c’est pas le Mont Blanc non plus mais mais y’a une bonne grimpette!)

  

On commence l’ascension sous un soleil de plomb et au plus on monte au plus ça se couvre jusqu’à se prendre une sacré rincé au sommet ! On ne profite donc pas de la magnifique vue sur l’île mais la montée en elle-même est déjà un plaisir (à part pour les gambettes !) immergés dans la jungle, au milieu des oiseaux, j’ai des flash du raid en Guyane, liane ! tronc ! boue ! pensée pour mes amazones 🙂

Welcome Paradise

Une occasion unique de fouler des plages paradisiaques sans se mettre dans le rouge, il faut dire merci Cyrille !

Cyrille, mon cousin, nous a gentiment proposé de nous héberger sur son île à Praslin où il vit depuis plus de 10 ans avec ses 2 enfants. Du coup la destination nous a paru accessible, pas trop surfait les Seychelles ? Allons le découvrir après ces mois de juin, juillet à courir comme des dératés ça nous fera du bien de se reposer à l’ombre des cocotiers…
Comme à notre habitude, nous avons dégoté des billets pas cher (680€/pers) avec un vol Ethiad/Air Seychelles au départ de Paris. 1ere escale donc dans la capitale avant d’atterrir à AbouDabi pour arriver quelques heures après à Mahé, plus grande île de l’archipel. A peine la porte de l’aéroport passée (ou plutôt de la cabane abritant quelques comptoirs d’embarquement) et nous nous sentons déjà apaisés…

          

Direction M. Plume, notre hôte sur la côte ouest. Quelle bonne surprise de trouver une magnifique auberge avec une grande chambre et un jardin fleuri face à la mer, tout ça pour 50€ la nuit ptit dej compris (donc même sans être hébergé on peut trouver des adresses pas chères aux Seychelles…)

 

En 2 temps, 3 mouvements, nous voilà en maillot accourant vers la plage Anse Boileau, grande anse de sable fin entourée de falaise verdoyante et de rocher de granit, hummm ça commence bien. On marche jusqu’à Anse Louis, plus petite, eau turquoise… pour un début on est pas mal. On échoue sur le sable pour le reste de la journée histoire de se remettre du voyage.

 

Le soir, on reprend notre rituel du couché de soleil laissé à Bali : bières locales sur la plage jusqu’à ce qu’il fasse nuit noire… (18h30)

      


1er repas chez notre ami Plume (pas des plus accueillants malgré son nom si léger !) mais la cuisine et les mamas de l’auberge comblent ce petit manque de courtoisie, cigales de mer, terrine de chauve souris, soupe de crabe, poisson grillé : parfait !